PARTIE V II- LA PHOSPHORESCENCE ET LA FLUORESCENCE DANS LE MONDE
7.2. Les barres phosphorescentes et fluorescentes dans le monde



7.2.1. Les barres phosphorescentes en Grande-Bretagne

7.2.1.1. Historique des barres phosphorescentes en Grande-Bretagne

Le premier pays à avoir vendu des timbres avec un dispositif pour faciliter le tri est la Grande-Bretagne.

En effet dès le 19.11.1957, sont apposées des lignes graphites au verso des timbres.
La terminologie « graphite » fait référence à la substance « Naphthadag » ou « Deflocculated Acheson’s Graphite » qui étaient graphite dans une solution de « naphta ». Cette substance graphite provient de la marque « dag » déposée par Accheson Colloids Ltd.


(Détail d'une ligne graphite - Grossissement x 60)

Les premiers timbres avec des lignes graphites au verso sont des timbres « Elisabeth II » de type 1952-54 avec le filigrane « Saint Edouard's Crow ».


(Filigrane « Saint Edouard's Crow »)

Recto
Verso

Une seconde série sera émise le 24.11.58 utilisant le filigrane « Multiple Crown » avec les six valeurs précédentes auxquelles sont ajoutées deux nouvelles valeurs.

Recto
Verso


(Filigrane « Multiple Crowns »)

Les lignes graphites au verso ne donnant pas entière satisfaction, lors de la troisième émission, le 18.11.1959,sont imprimées des barres phosphorescentes au recto des imprimés avec des lignes graphites. Les filigranes observés sont « Saint Edouard's Crow » et « Multiple Crown ».


(Barres phosphorescentes au recto et lignes graphites au verso)
(Lumière naturelle)

Recto
Verso
Filigrane

Une quatrième série avec le filigrane « Multiple Crown » a été imprimée avec uniquement des barres phosphorescentes.

La valeur 2d brun clair sera par la suite imprimée avec deux barres phosphorescentes et la valeur 2 1/2 rouge carminé avec une barre phosphosphorescente à droite ou à gauche.

Le Pays de Galles, l'Ecosse, l'Irlande du Nord, Guernesey, Jersey et l'Ile de Man ont également imprimé au même moment des timbres avec des barres phosphorescentes, tous avec le filigrane « Multiple Crown » .

Valeurs
Pays de Galles
Ecosse
Irlande du Nord
Guernesey
Jersey
Ile de Man
3p violet
6p lilas-rose
-
-
-
-
-
1/3 vert
-
-
-
-
-

Le timbre écossais 6d violet a été imprimé également avec une barre phosphorescente à droite ou à gauche et avec deux barres phosphorescentes.


Le 14.11.1962, le premier timbre Commémoratif avec des barres phosphorescentes est émis. Il est issu de la série de trois timbres « National Productivity Year » (année de la productivité nationale) avec le filigrane « Multiple Crown ».


(Matérialisation du positionnement des barres phosphorescentes)

De 1962 à 1966, les timbres commémoratifs sont tous imprimés avec et sans barre phosphorescente et avec un filigrane « Multiple Crown ».

A partir de 1967
, l’impression des barres phosphorescentes est généralisée à toutes les émissions.


7.2.1.2. La phosphorescence et la fluorescence en Grande-Bretagne

7.2.1.2.1. La période de test

7.2.1.2.1.1. Les premières encres utilisées pour surcharger sur les timbres

Comme en France des recherches ont été effectuées sur des encres et des papiers phosphorescents lisibles par des machines de tri.

Les premières substances phosphorescentes étudiées ont été des substances organiques mais celles-ci de par leur dureté occasionnaient une usure prématurée des outillages de perforation. Les recherches vont donc très rapidement se concentrer sur des substances non organiques basées sur le sulfure de zinc (ZnS).

L'élément essentiel de l'étude phosphorescente des timbres anglais est l'activateur, élément ajouté à l'encre pour améliorer la couleur, l'intensité, la durée de la phosphorescence ainsi que la longueur d'onde à utiliser pour stimuler les électrons.

Le premier activateur utilisé a été le Amido G acid qui avait un aspect jaune sous une lampe U.V. avec des ondes courtes.
Un second, le Para-Hydroxy-Dipheny (PHD) a été testé donnant un bleu lumineux avec une tendance verte toujours sous une lampe U.V. avec des ondes courtes.

La firme Harrison a fabriqué et testé des encres avec des activateurs différents dénommés :
- Lettalite Y pour Yellow (jaune)
- Lettalite B pour Blue (bleu).

C'est la Lettalite B qui sera retenue en 1959 pour les premières émissions avec des barres phosphorescentes et sera codifiée Lettalite B1.
Elle sera réutilisée par erreur en 1972.

Par la suite deux nouveaux activateurs ont été testés, le Terephlatic Acid (TPA) et le Sulpanilic Acid (SA).
L'activateur TPAS, violet sous lampe U.V. avec ondes courtes et jaune avec des ondes longues sera choisi car il :
- n'interférait pas avec le Lettalite B2 des codes-barres,
- était disponible, moins cher et non toxique.
Cette encre sera dénommée Lettalite B3 par Harrisson.

L'activateur SA, fabriqué par Derby Luminescents Ltd, sera utilisé pour l'impression en typographie car moins enclin aux moisissures.


7.2.1.2.1.2. Les premières encres pour l'impression des codes-barres

Parallèlement ont été développées des encres pour l'impression des codes-barres dans les centres de tri.
L'activateur utilisé a été le Carbazole Sulphonic Acid (CSA) qui avait un aspect bleu vif sous une lampe U.V. à ondes longues.
Cette encre a été codifiée Lettalite B2 et utilisée occasionnellement sur des timbres jusqu'en Octobre 1965 sur des timbre de type Wilding.


7.2.1.2.2. Les papiers phosphorescents et fluorescents

7.2.1.2.2.1. Période préliminaire : Clay Coated et Chalk Coated

Le papier phosphorescent avec comme atout la sécurité et la qualité essayé avec succès en 1959 a été abandonné rapidement au profit des surcharges phosphorescentes à cause principalement du coût mais sera ré-examiné pendant la période dite " Pré-décimal "

Suite à des observations et des recherches il a été découvert que toutes les encres phospho utilisées pouvaient être endommagées lors de la fabrication du papier avec l'humidité nécessaire à la fabrication de celui-ci.
Des recherches ont donc été menées dans les années 70 qui ont débouché sur la création des activateurs Terephlatic Acid Soluble (TPAS) et le Sodium saft of Para-Aminobenzoic Acid (PABA).
La firme Harisson a dénommé ce dernier Lettalite B4 qui a un aspect violet sous lampe U.V.
Deux types de papier ont été fabriqués :
- le HS4/B4 pour l'héliogravure (Clay Coated)
- le HS6/B4 pour l'offset (Chalk Coated).


7.2.1.2.2.2. Phosphor Coated Paper (PCP)

En Août 1979, un nouveau type de papier phospho dénommé PCP est expérimenté avec succès.
Il existe deux grandes catégories :
- PCP1 : aspect mat (dull)
- PCP2 : aspect brillant (glossy)


7.2.1.2.2.3. 'A' Coated Paper (ACP)

En 1981, un nouveau papier dénommé ACP avec une encre phospho incorporée dans le papier est expérimenté. Le papier ACP sous une lampe U.V. avec des ondes longues est plus sensible que le papier de type B4 mais peut interférer avec l'encre Lettalite B2 utilisée pour l'impression des codes-barres d'indexation.
Pour remédier à cet inconvénient sera ajouté un Optical Brightening Agents (OBA) pendant la phase de fabrication.
OBA = Agents Optiques Luminescents


7.2.1.2.2.4. Fluorescent Coated Paper (FCP
)

En Septembre 1971 avait été expérimenté l'ajout d'élément fluorescent occasionnant la création du Fluorescent Coated Paper.


7.2.1.2.2.5. OBA-free papers

En 1993 avec l'introduction d'une nouvelle encre et la mise en service de machine TOSHIBA l'interférence avec les codes-barres des indexations devient un problème.
A la même période pour des raisons environnementales les OBA sont supprimés tout d'abord des papiers adhésifs.
Deux types de papier résultent de cette décision et seront utilisés pour des timbres imprimés avec et sans barre phospho:
- OFNP : OBA-Free Non-phosphorised Paper (papier sans OBA et sans activateur phospho)
- OFPP : OBA-Free Phosphorised Paper (papier sans OBA et avec activateur phospho)

7.2.1.2.2.6. Tableau de synthèse des différents papiers

Type
Description
Ordinary Coated Paper (OCP)
Papier ordinaire non fluorescent
Fluorescent Coated Paper (FCP)
Papier fluorescent
All Over Paper (AOP)
Papier entièrement recouvert d'une couche phosphorescente
Phosphorised Coated Paper 1 (PCP1)
Papier avec phospho intégré avec aspect mat
Phosphorised Coated Paper 2 (PCP2)
Papier avec phospho intégré avec aspect brillant
Advanced Coated paper (ACP)
Papier avec phospho intégré
OBA-Free Non-phosphorised Paper (OFNP)
Papier sans agent optique phospho
OBA-Free Phosphorised Paper (OFFP)
Papier avec agent optique phospho

OBA: Optical Brightening Agents

Depuis 2009 sont imprimés des codes spécifiques (MPIL, MCIL, LFOY,...) et depuis 2010 l'année (10, 11,...).



7.2.1.2.3. Les types de barres phosphorescentes

7.2.1.2.3.1. Lettalite B3 : 'B' phosphor

L'encre Lettalite B3 sera utilisée pour l'impression des barres phosphorescentes jusqu'au milieu des années 80.

7.2.1.2.3.2. Lettalite B8 : 'A' phosphor

En Août 1986, Harrisson a développé une nouvelle encre pour remplacer l'encre Lettalite B3 à base de toluène qui avait tendance à dissoudre certaines encres claires.
Cette encre, Lettalite B8, à base de Ethyl Alcohol résistante à l'humidité et ne décolorant pas est la même que celle utilisée sur les 'A' Coated Paper.

7.2.1.2.3.3. Novaglo : 'A2' phosphor

7.2.1.2.3.3.1. AY phosphor (Yellow)

De nouvelles recherches aboutissent en 1994 à l'ajout d'agents fluorescents dans l'encre phosphorescente indépendamment l'un de l'autre.
L'encre de type A2 initialement jaune vive codifiée A2Y phosphor (bright yellow) sous une lampe U.V. posa des problèmes d'interférence lors de l'utilisation des machines NP4000. Il fut décidé de la modifier avec un aspect vert jaunâtre sous lampe U.V. codifié AY2 phosphor (dull yellow).

Un aspect intermédiaire entre le type AY2 et l'original AY est codifié AY3 phosphor (grey yellow).

7.2.1.2.3.3.2. AB phosphor (Blue)

A partir de 1995 dixit la Royal Mail les nouvelles machines de tri ne requérant plus d'additif fluorescent il est décidé de garder un fluo neutre pour maintenir la qualité et la sécurité.
La fluorescence devient bleue sous une lampe U.V.
Cette nouvelle encre est codifiée A2B phosphor.

7.2.1.2.3.4. Tableau de synthèse des différents types de barres phosphorescentes

Types
Photos sous lampe U.V.
'A' phosphor
'B' phosphor
A2Y phosphor
(Novaglo Dull Yellow)
AY1 phosphor
(Bright Yellow)
AY2 phosphor
(Pale Yellow)
AY3 phosphor
(Very Pale Yellow)
A2B phosphor


7.2.1.2.4. Bandes vernies et largeur des barres

7.2.1.2.4.1. Bandes vernies

En 1993 pour palier la porosité du papier Coated Papers Ltd (CPL) utilisé par la firme Enschedé qui rend le phospho moins performant il est décidé d'appliquer un vernis avant l'impression des barres phosphorescentes.
Nous pouvons dénombrer deux types de vernis :
- bandes étroites de 2.0 mm
- bandes larges de 5.0 mm


(Bandes vernies larges sous lampe U.V. avec matérialisation de l'impression des barres phosphorescentes)

7.2.1.2.4.2. Largeur et positionnement des barres phosphorescentes

Après les essais de 1959 la standardisation des barres est:
- une barre centrale de 4.0 mm pour les timbres " second-class rate "
- deux barres de 4.0 mm pour les timbres " first-class rate " soit une barre de 8.0 mm imprimée à cheval sur deux timbres.

A partir de 1967 les barres font 9.5 mm avant de refaire de nouveau 8.0 mm dès 1977.
Depuis 1996, le standard est une largeur de 4.5 mm par une barre et 9.0 mm pour deux barres avec une tolérance de +/- 0.5 mm.


7.2.1.3. Le différents types de gomme

Les différents types de gomme sont:

Types
Description
Gum Arabic (GA)
Gomme arabique blanche et brillante
Polyvinyl Alcohol (PVA)
Gomme mate, blanche ou crème à base de polyvinyle de 1971 à 1974 et en 1988 sur quelques timbres
Polyvinyl Alcohol Dextrin (PVAD)
Gomme mate avec adjonction de Dextrine (aspect bleuâtre)
Layflat (PVAI)
Gomme empéchant le papier de gondoler avec l'humidité
Self Adhesive Acrylic (SA)
-


7.2.2. Les barres phosphorescentes en Belgique

La Belgique depuis 1965 a opté pour l'utilisation de papier réagissant sous une lampe U.V., cependant, un essai d'impression de barres phosphorescentes resté sans lendemain a été réalisé en 1999 sur deux timbres autocollants vendus en rouleaux de 100 :
- « Géranium » vendu 17 BEF (envoi prioritaire normalisé de 20g maximum du service intérieur) imprimé avec un cadre phosphorescent
- « Tulipe » vendu 21 BEF (envoi prioritaire normalisé de 20g maximum à destination des pays membres de la CEE) imprimé avec deux barres phosphorescentes.

Types
Sous lampe U.V.
Géranium
Tulipe


7.2.3. Les barres phosphorescences et fluorescentes au Canada

7.2.3.1. Historique de la phosphorescence au Canada

Les première barres phosphorescentes, les « Winneped tagging » sont apparues au Canada le 13 Janvier 1963. Le nom de Winneped provient de la ville de Winneped dans le Manitoba où les premiers essais ont été effcetués.
Les « Winnipeg tagging » utilisées jusqu'en 1973 ont une barre phosphorescente au ventre, à droite ou à gauche ou deux barres.
La différence de nombre de barres permettait de distinguer le courier local des autres destinations.

A partir d'Avril 1972, les « General tagging » introduit à Ottawa (Ontario) dénommés également « Ottawa tagging » sont utilisées. Les barres sont fluorescentes.


7.2.3.2. Les différents types de barres au Canada

Winneped tagging
W1 - Une barre au centre
W2 - Une barre au milieu de la dentelure donnant 2 demi-barres
General tagging
G1 - Intégralement fluorescent
-
G2 - Une barre au milieu de la dentelure donnant 2 demi-barres
G3 - Une barre au milieu de la dentelure donnant 2 demi-barres et une barre centrale
-
G4 - Barres au milieu de la dentelure
G4 - Deux barres discontinues

Il peut exister des blocs gommés avec des timbres imprimés avec des barres et d'autres sans barre en fonction des valeurs faciales.
A noter que la largeur différente des barres en fonction du positionnement de celles-ci dans le bloc-feuillet gommé..



7.2.4. Les barres phosphorescences au Portugal

7.2.4.1. Barres phosphorescentes sur les émissions portugaises

Plusieurs périodes peuvent être déterminées en fonction des différentes impressions phosphorescentes.

La série de timbre d'usage courant « Vues et Monuments » de 20 valeurs (1972-1974) existe imprimée avec une barre phosphorescente à gauche et sans barre phosphorescente en fonction de la date d'impression. Certaines valeurs n'ont jamais été imprimées avec une barre phosphorescente à gauche.


(Barre phosphorescente à gauche de 5.0 mm)



(Timbres de la série I imprimés avec une barre phosphorescente à gauche)

Les premier timbre non d'usage courant imprimés avec une barre phosphorescente sont le 1.50e « Année Sainte » et le 2.00e « XXXVIe Rallye international de camping et caravaning (F.I.C.C.) » de 1975. Ces timbres ont été initialement imprimés sans barre phosphorescente.


(« Année Sainte » avec une barre phosphorescente à gauche )


(« XXXVIe Rallye international de camping et caravaning (F.I.C.C.) » avec une barre phosphorescente à gauche)

A partir de 1978 et de la première série « Instruments de travail » les timbres d'usage courant ont la particularité d'avoir été imprimés avec une équerre phosphorescente dans le coin supérieur gauche à l'exception de la plus forte valeur (20.00e). Cette dernière sera imprimée avec une équerre phosphorescente à partir de 1985.


(Equerre phosphorescente dans le coin supérieur gauche de 3.0 mm)



(Timbres de la série I imprimés avec une équerre phosphorescente dans le coin supérieur gauche)

A partir de fin 1979 et qu'en 1982 les timbres d'usage courant des séries « Instruments de travail » et « 5 siècles du Musée l'Azulejo de Lisbonne » sont imprimés avec une seule barre phosphorescente à l'exception toujours de quelques fortes valeurs faciales.


(Timbre de feuille de la série de Noël 1976 avec une barre phosphorescente à gauche)


(Timbre de feuille de la série I avec une barre phosphorescente à gauche)


(Bloc-feuillet gommé de la série I avec une barre phosphorescente à gauche)

A partir de 1980, l'impression des barres phosphorescentes se généralise.

Dés 1981, tous les timbres sont imprimés avec une barre phosphorescente à l'exception de 1982 à 1989 des séries de timbre d'usage courant « Instruments de travail » et « 5 siècles du Musée l'Azulejo de Lisbonne » qui sont imprimées avec des équerres phosphorescentes:
- équerre dans le coin supérieur gauche pour la série « Instruments de travail »


(« Instruments de travail » - Série IV de 1981)


(« Instruments de travail » - Série I - Emission de 1985)

- équerre dans le coin inférieur gauche pour la série « 5 siècles du Musée l'Azulejo de Lisbonne »


(« 5 siècles du Musée l'Azulejo de Lisbonne » - Série V avec une équerre phosphorescente dans le coin inférieur gauche de 3.0 mm)

En 1984 apparaît le premier timbre imprimé avec deux barres phosphorescentes à cheval sur la dentelure.


(« Kiosques de Lisbonne » avec deux barres phosphorescentes)

La nouvelle série d'usage courant émise à partir de 1985 « Architecture populaire » est imprimée avec une équerre phosphorescente dans le coin inférieur gauche.


(Equerre phosphorescente de 3.0 mm)

La généralisation de l'impression de deux barres phosphorescentes est opérée en 1988.
A noter que la dernière série « Architecture populaire » imprimée en 1989 sera imprimée avec une équerre phosphorescente.
La série d'usage courant « Châteaux et armoiries du Portugal » a la particularité d'avoir deux configurations phosphorescentes différentes :
- séries I à VII avec une barre phosphorescente à gauche


(« Châteaux et armoiries du Portugal » - Série I avec une barre phosphorescente à gauche)

- série VIII (1988) avec deux barres phosphorescentes à cheval sur la dentelure


(« Châteaux et armoiries du Portugal » - Série VIII avec deux barres phosphorescentes à cheval sur la dentelure)


7.2.4.2. Barres phosphorescentes sur les émissions des Açores et de Madère

Les premières barres phosphorescentes apparaissent en 1980.



(Première série des Açores avec une barre phosphorescente à gauche)



(Première série de Madère avec une barre phosphorescente à droite)

La série de Madère de 1984 traitant du « Rallye automobile de Madère » a la particularité d'avoir une petite équerre dans le coin supérieur gauche.

La série des Acores de 1986 « Architecture régionale - Fontaines » a été imprimée avec une barre phosphorescente à droite à l'exception de la valeur 100e qui est sans barre phosphorescente.


(Faja de Baixo - S. Miguel)

Les émissions ont deux barres phosphorescentes pour:
- les Açores à partir de 1987 à l'exception des 51e et 74e « Fenêtres et balcons » qui ont une barre phosphorescente à gauche


(Europa - Architecture moderne)

- Madère à partir de 1988.


(Europa - 25e anniversaire de la CEPT)


7.2.5. Les barres phosphorescences aux Pays-Bas

Les Pays-Pays fin 1996 ont imprimé pour la première fois des équerres phosphorescentes lors de l'émission autocollante de Noël.

En 1997, le timbre pour le changement d'adresse autocollant a été imprimé avec une barre phosphorescente à gauche. Cette émission reprend le timbre initialement imprimé en 1996 sur un support gommé sans barre phosphorescente.

Certains timbres d'usage courant de la série émise en 1976 commémorant le centenaire des timbres néerlandais à chiffres ont été imprimés sur un support autocollant avec une partie phosphorescente imprimée en Offset.


7.2.6. La phosphorescence en Irlande

L'Irlande depuis la fin des années 90 imprime des rectangles phosphorescents sur les timbres.



(Premiers timbres d'usage courant irlandais avec un cadre phosphorescent)

Comme pour le Canada les parties phosphorescentes sont imprimées à cheval sur la dentelure formant un cadre phosphorescent. Le cadre phosphorescent fait 1.0 mm de largeur.


(Détail de l'impression du cadre phosphorescent)


7.2.7. Les barres phosphorescentes à Hong-Kong

Les timbres de Hong-Kong depuis 1996 sont imprimés avec une barre phosphorescente ou deux barres à cheval sur la dentelure.

Types
Sous lampe U.V.
Une barre centrale
Une barre à droite
Deux barres imprimées à cheval sur la dentelure


Les barres font 4.0 mm de largeur, soit 8.0 mm pour les impression à cheval sur la dentelure.

La première série d'usage courant imprimée avec des barres phosphorescentes a la particularité d'avoir la mention « HONG KONG » réagissant avec une encre phosphorescente.


(Sous lampe U.V.)


(Détail de la mention « HONG KONG » sous lampe U.V.)


7.2.8. Les barres phosphorescentes en Israël

Les premières barres phosphorescentes discontinues sont apparues en Israël sur les timbres d'usage courant au milieu des années 70 de la série « Paysages d'Israël ».

Timbre d'usage courant
« Paysages d'Israël »
(Année 1975)
Nombre
de BP
Photos
0.20a « Tel-Dan »
1
0.25a « Arava »
1
0.30a « En Avedat »
1
0.35a « Breckhat Ram »
1
0.45a « Mont Hermon »
1
0.50a « Roch Pinna »
2
(1 en 1979)
2£ « L'Ile des coraux »
2
(1 en 1980)
3£ « Port d'Haïfa »
2
(1 en 1979)

D'autres valeurs de cette série avec des barres phosphorescentes ont été émises en:
- 1976 (1.30£)
- 1977 (0.65a, 0.80a et 10£)
- 1978 (1£ et 20£)


(Timbre de remplacement de 1979 avec une barre phosphorescente sous lampe U.V.)


(3.00 de la série d'usage courant « Sheqel » de 1980 avec deux barres phosphorescentes sous lampe U.V.)

Dés 1975 des timbres commémoratifs sont imprimés avec des barres phosphorescentes.


(Premier timbre commémoratif avec des barres phosphorescentes imprimé en 1975 sous lampe U.V.)


7.2.9. Les barres phosphorescentes au Brésil

Tout comme la Belgique le Brésil a imprimé dans le milieu des années 1970 seulement six timbres, tous d'usage courant, avec une barre phosphorescente centrale restés sans lendemain.

Timbre d'usage courant
« Chiffres »
Photos
15c turquoise
20c bleu
25c brun
30c carmin
50c olive
70c violet


(Sous lampe U.V.)

Les 20c bleu et 30c carmin existent avec un papier phosphorescent.


7.2.10. Les barres phosphorescentes au Chili

La série d'usage courant « Diego Portales (1793-1837) » (1) imprimée de 1976 à 1979 a été imprimée avec des barres phosphorescentes avant de laisser la place à partir de 1983 à une série d'usage courant avec des papiers phosphorescents.


20c lilas « Diego Portales »

Sont concernées les valeurs suivantes: 10c olive, 20c lilas, 30c orange, 50c brun-rouge, 1p bleu et 5p brun-rouge en 1976, 1p50 ocre et 2p gris en 1978 et 2p50 jaune en 1979.


7.2.11. Les barres phosphorescentes en Afrique du Sud

L'Afrique du Sud a également testé dans les années 1968-72 l'impression phosphorescente à cheval sur la dentelure (3.0 mm ou 5.0 mm)


(Sous lampe U.V.)

Timbre d'usage courant
Filigrane RSA
Papier phosphorescent
1/2c « Martin-Pêcheur du Natal »
-
1c « Fleur de Kefferboom »
1 1/2c « Tête de Zébu »
-
2c « L'Or »
2 1/2c « Groot Constania »
-
3c « Lanier à gorge rouge »
4c « Groot Constania »
5c « Baobab »
6c « Maïs »
-
7 1/2c « Maïs »
-
9c « Protée »
10c « Chateau de Cape Town »
-
15c « Industrie »
-
20c « Serpentaire »

En 1998 est apparue une série d'usage courant avec une barre phosphorescente à droite ainsi que des carnets autocollants avec des équerres phosphorescentes à gauche et des cadres phosphorescents.


Je suis à la recherche de tout type d'information sur ces pays utilisant des barres phosphorescentes.