PARTIE II - LA REALISATION DES TIMBRES POSTE
2.1. Impression des timbres-poste en Taille-Douce
2.1.1. Impression des timbres-poste en Taille-Douce
2.1.1.2. Impression des épreuves et essais de couleur



2.1.1.2.1. Epreuve d'artiste et de contrôle

2.1.1.2.1.1. Les presses utilisées pour les épreuves d'artiste et de contrôle

2.1.1.2.1.1.1. La presse à bras

L'invention de la presse à bras est attribuée à Rembrandt.

Elle n'a pas changée depuis sa création et comporte deux cylindres superposés, mû par un cabestan, entre lesquels circule une table en acier, et dont des vis de pression assure le réglage.


(Photo d'une presse à bras)


(Gravure de P. Gandon d'après A. Bosse sur papier velin)
(140 mm x 140 mm)

L'encrage du poinçon se fait à la main, avec des encres grasses non poissantes, insolubles à l'eau, à la poupée (tampon de chiffon) pour bien remplir les tailles.
L'essuyage s'effectue à la tarlatane, et au chiffon de mousseline imbibé de potasse, pour éliminer l'encre en surface, en prenant soin de ne pas vider les tailles des parties imprimantes.
Le papier est humide et passe en pression sur le poinçon placé sur la table en acier. Il est ensuite séché.

L'impression sur un papier épais est d'une seule couleur.
Une impression polychrome est possible en encrant chaque couleur à l'endroit voulu, l'impression se faisant en un seul passage.


2.1.1.2.1.1.2. La presse ORMAG

Le parc de presses à bras ont été complété par une presse ORMAG.

Cette presse à moteur est composée :
- d'un système d'encrage au rouleau avec possibilité de découper pour les couleurs
- d'un cylindre essuyeur
- d'un presseur
- d'un margeur pour le repérage.

Chaque épreuve réalisée sur du papier gommé est reproductible sans différence, contrairement aux presses à bras où il y a toujours une différence entre les épreuves due aux aléas du travail manuel d'encrage et d'essuyage.

La presse ORMAG a principalement permis de remplacer les essais de couleurs préparatoires sur rotative taille-douce sur feuille gommée non perforée avec des découpages différents avec une rangée de timbres et des couleurs différentes.

La presse ORMAG qui utilise le poinçon original est utilisée juste après les épreuves d'artiste et avant la clicherie pour les rotatives

2.1.1.2.1.2. Les épreuves d'artiste et de contrôle

Du poinçon original non durci sont tirées:

- une épreuve « D1 » dite de « disposition »


(Epreuve de mise à disposition D1 du poinçon report du timbre « Limoges - Haute-Vienne » émis le 26.03.07)
(Réalisée avec une presse à bras)
(Dessinateur/Graveur : E. Catelin)
(Dimensions : 14 cm x 11 cm)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)
(N° d'inventaire : 2007.156.16)


(Epreuve de mise à disposition D1 du poinçon taille-douce du timbre « Limoges - Haute-Vienne » émis le 26.03.07)
(Réalisée avec une presse à bras)
(Dessinateur/Graveur : E. Catelin)
(Dimensions : 14 cm x 11 cm)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)
(N° d'inventaire : 2007.156.15)


(Epreuve ORMAG du timbre « Marianne des Français » sans valeur faciale du 28.02.97)
(Dessinateur : E. Luquet / Graveur : C. Jumelet)
(Dimensions : 12 cm x 22 cm)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)
(N° d'inventaire : 2003.169.1)

- des épreuves d'artiste


(Epreuve d'artiste de la « Liberté de Gandon » de Pierre Gandon sans valeur faciale)
(Réalisée avec une presse à bras)
(Source : Livre «10 ans de Liberté - 1981-1990 » d'Olivier Bernadet)


(Epreuve d'artiste de la « Sabine de Gandon » en noir de Pierre Gandon)
(Réalisée avec une presse à bras)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)

Les épreuves d'artiste sont marquées à sec avec une marque en relief de l'Imprimerie des timbres-poste et signées par l'artiste.

- une épreuve « D2 »

Après acceptation de la gravure sont ajoutés le nom du graveur et du dessinateur s'il est différent pour l'élaboration d'une épreuve « D2 ».


(Epreuve de mise à disposition D2 du poinçon taille-douce du timbre « Marseille - 75e Congrès de la Fédération Française des Associations Philatéliques » émis le 21.05.03)
(Réalisée avec une presse à bras)
(Dessinateur/Graveur : A. Lavergne)
(Dimensions : 14 cm x 11 cm)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)
(N° d'inventaire : 2003.23.23)

Cette dernière épreuve D2 sera conservée au Musée de la Poste.


2.1.1.2.2. Essais de couleur et « Bon à tirer »

2.1.1.2.2.1. Timbres de feuille gommée

En premier des essais de couleurs sont effectués sur du papier gommé non dentelé. Sur les bas de feuille sont mentionnés les références des encriers, couleurs et numéros du nuancier.
Une feuille témoin avec mention « Bon à tirer » est ensuite envoyée au Collection Musée de La Poste avec apposition d'un cachet d'enregistrement.


(Feuille témoin du 0.50FF rouge « Marianne de Béquet » enregistrée le 03.12.70 avec « Bon à tirer » du 24.11.70)
(Source : Livre « La Marianne de Béquet témoin de son temps » de J. Renard)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)



(Essai de couleur servant de « Bon à tirer » du timbre « Limoges - Haute-Vienne » émis le 26.03.07)
(Dessinateur/Graveur : E. Catelin)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)
(N° d'inventaire : 2007.156.12)


(Mention manuscrite des codes couleurs des encres du timbre « Limoges - Haute-Vienne » émis le 26.03.07)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)


(« Bon à tirer » (BAT) avec signature et date du timbre « Limoges - Haute-Vienne » émis le 26.03.07)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)


Les essais peuvent ne pas être concluants et peuvent remettre en cause une technique d'impression voir une émission.

Par exemple le timbre « Mozart » émis pour célébrer l'année Mozart en 1991, suite à des essais non satisfaisants en Taille-Douce a été imprimé par la suite en Héliogravure avec l'accord de l'artiste.


(Essai d'impression en Taille-Douce du timbre « Mozart » non concluant)
(Dessinateur : Philippe Favier / Concepteur : Charles Bridoux)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)
(N° d'inventaire : 2695)

A noter la mention manuscrite "Philippe Favier admire le travail fait mais ne peut admettre les bavures du rouge".


2.1.1.2.3.2. Timbres de roulette gommée


(Feuille témoin du TVP rouge « Marianne du 14 Juillet - RF » avec mention « Bon à tirer » du 22.06.01)
(Dessinateur : E. Luquet / Graveur : C. Jumelet)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)
(N° d'inventaire : 2002.70.158)

A noter que les feuilles témoins des roulettes ne sont perforées qu'horizontalement, le massicotage vertical ne se faisant que dans une seconde phase, au moment de la confection des roulettes.


(Détail de la feuille témoin sans perforation verticale imprimée le 20.06.01 sur la presse TD6-7)
(Source : Copyright Coll. L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste)


2.1.1.2.3. Epreuve de luxe

Les épreuves de luxe sont des tirages spéciaux effectués avec une virole spécifique gravée avec la molette qui a servi aux timbres.

Ils sont imprimés sur une presse rotative suite à la confection d'une virole spécifique réalisée par rapport à des molettes secondaires.
Elles sont imprimées sur des feuillets gommés (200 environ) avec la mention en bas à droite « Imprimerie des Timbres-Poste - France ».
Il existe des épreuves de luxe collectives pouvant représenter deux, trois voir toutes les valeurs d'une émission.


Epreuve de luxe du premier timbre-poste d'usage courant avec des barres phosphorescentes
(Le 0.50FF carmin
« Marianne de Béquet » a été initialement imprimé sans barre phosphorescente)


Epreuve de luxe du premier timbre-poste dit « Commémoratif » avec des barres phosphorescentes

A partir de 1992, les épreuves de luxe ont été remplacées par des bloc-feuillets gommés non dentelés.

Ces tirages spéciaux seront supprimés à partir de 1998.


Bloc-feuillet gommé ND du premier timbre-poste possédant de barres phosphorescentes sous cette configuration



2.1.1.2.4. Non dentelés officiels (NDO)

Jusqu’en 1995, chaque nouveau timbre-poste émis a été parallèlement émis en non dentelé officiel (NDO) en quantité très limitée par La Poste et diffusé aux hauts fonctionnaires de l’Etat.

Les deux premiers NDO avec des barres phosphorescentes sont :

- 0.60 FF vert Béquet Typo ND avec une barre phosphorescente à droite

- 0.80FF rouge Béquet ND avec 3 barres phosphorescentes


Les timbres « Marianne de Béquet », « Sabine de Gandon », « Liberté de Gandon » et « Marianne du Bicentenaire » (émis jusqu’en 1995) ont tous des NDO avec des barres phosphorescentes.

Le seul timbre-poste dit « commémoratif » NDO avec des barres phosphorescentes a été émis en 1984. Il a été imprimé en même temps que le premier grand format avec des barres phosphorescentes. C’est le timbre commémorant le 450e anniversaire du 1er voyage de Jacques Cartier au Canada.